L’épanouissement professionnel

Mai 07

En cinq ans : mes projets professionnels ont changé plus de quatre fois... Aujourd'hui mon travail participe à mon épanouissement personnel. Et dans cet article, je vais vous donner les points de réflexions qui m'ont permis d'arriver à ce stade de satisfaction.

Très tôt j'ai été interrogé sur "ce que je voulais faire plus tard". La réponse me semblait évidente : électricien dans le bâtiment. Finalement, après avoir testé pendant trois semaines le métier : mon désir c'était envolé. Et honnêtement, avec le recul : je connais peu de personnes ayant pu répondre à cette question du premier coup. Comment savoir si un métier va nous convenir ou non, alors que nous n'avons jamais essayé ? Sans parler de la différence majeure entre vivre quelques journées types ( comme la semaine de stage durant le collège ou le bricolage en famille ) et travailler tous les jours durant des mois.

Je vous encourage à tester une multitude de métiers. Vos deux principaux ennemis seront : la stagnation et le principe de Peter. Et votre meilleur tremplin vers le succès ? "Le mentor". Je vous en parle en connaissance de cause car mon directeur a changé ma vie. Mais Jack Ma's, dont le succès n'est plus à prouver, vous le conseil aussi dans cette vidéo. Ce qui est important avant vos vingt ans c'est d'être un bon étudiant. Et jusqu'à trente ans, il faut chercher à travailler dans LA bonne entreprise avec LA bonne personne.


Si vous n'en trouvez pas : persévérez ! Même seul, je reste persuadé que vous finirez par obtenir un travail qui vous intrigue. Un travail dans lequel vous chercherez toujours à en savoir plus, vous chercherez toujours à être meilleur, vous évoluerez constamment et c'est en général à ce moment là que vous pourrez parler d'épanouissement professionnel

Si vous vous attendiez à une méthode miracle : vous devez être extrêmement déçu. Mais il n'existe pas de solution toute faite. Comprenez bien que chaque individu est unique : notre éducation, notre environnement, nos fréquentations etc.. Ce sont tous nos choix et toutes nos actions au quotidien qui nous façonnent. Si vous étiez né dans une autre ville : vous ne seriez pas la même personne aujourd'hui.

C'est pourquoi, faute de pouvoir vous vendre une formation clé en main, je vous invite à réfléchir sur différents points.

Au lieu de chercher le job de rêve sans avoir de stratégie : commencez par réduire le champ de recherche. Vous pourriez définir le métier qui vous correspond en fonction de pré-requis obligatoire ou au contraire en évitant à tout prix certains points.

  • les compétences : diplômes, expériences pro ou perso
  • le salaire : taux horaire, prime, avantage en nature …
  • le planning : liberté des horaires, mi-temps, week-end ...
  • le lieux : usine, bureau, nature, salle de sport, milieu aquatique ...

Il faut ensuite faire la différence, entre votre présent et votre futur (fin de carrière).

Pour le présent : vous êtes limités par vos contraintes actuelles. Et pour atteindre votre objectif finale, il faudra faire des sacrifices en fonction : de votre situation géographique, votre vie de famille, un handicap physique, un manque de connaissance etc... Avec le temps vous pourrez surmonter toutes les difficultés. Peu importe les obstacles, n'oubliez pas : « C'est un mensonge de croire que vous ne valez rien » Nick Vujicic.

Pour le futur : ne vous limitez pas. Tout comme Franck Nicolas : je vous invite à ne pas avoir peur de viser la Lune. Car même si vous ne finissez pas aussi loin, vous aurez atteint le sommet de votre potentiel. En revanche : si vous rêver petit... Vous atteindrez sûrement votre objectif, mais vous n'aurez pas utilisé cent pour cent de vos capacités.

Un autre point important : « Seul votre avis importe ». Je vous invite à définir ce que vous voulez vivre, obtenir, accomplir ou même voir, et ce, que ce soit dans un futur proche ou lointain. Vous allez devoir oublier les dires de vos parents, vos amis, votre entourage, etc... et n'avoir plus qu'une seule idée en tête : vos désirs profonds.

Une question simple à se poser jour après jour (de Steve Jobs) : « Si aujourd'hui était le dernier jour de ma vie, aurais-je envie de faire ce que je vais faire aujourd'hui » ? Si la réponse est trop souvent « Non. » alors il faut trouver une solution pour changer.

Pour terminer le troisième point dont j'ai pris connaissance il y a peu. Vous pouvez développer votre vie professionnel grâce à votre vécu. C'est d'ailleurs la meilleur chose à faire d'après moi. Mais ce n'est pas accessible n'importe quand (ne pas confondre avec n'importe qui).

Nous surmontons tous un jour une étape difficile. Et cette même étape nous définit. Tout ce que nous apprenons et vivons via cet étape, peut nous amener à un projet professionnel. L'exemple le plus extrême est celui de Nick Vujicic que je citais plus haut. Mais à l'heure où j'écris cet article, dans le monde des arts martiaux, il y a une étoile montante : DK Yoo. Petit il était souvent malade suite à une lourde opération chirurgicale, il s'est alors entraîné et à étudier dans différents domaines pour palier à son problème. Aujourd'hui : il vend des formations sur son site internet et fait de nombreux stages à des prix plus élevés que la moyenne. Sur le web : il est vu comme « le fils spirituel de Bruce Lee » et son business semble fonctionner plutôt bien.

Exemple de Kevin Hart et Dany Boon (deux humoristes)

Votre vécu contient aussi vos loisirs et vous pouvez aussi obtenir un complément de salaire en utilisant vos connaissances dans ces domaines.

Exemple d'André Dubois (chasseur)

Exemple de Cornelius (coach en séduction)

« Vivre de sa passion » prend alors tout son sens. Mais gardez à l'esprit que votre travail peut devenir passionnant même si ce n'était pas le cas au début. Quand je suis arrivé chez Mcdonald's : faire des Big mac et servir des sodas n'a pas révolutionné ma vie. Mais apprendre le management et développer mes compétences sur la communication a bouleversé mon quotidien...

Exemple de Stanislas Leloup

Garder à l'esprit que votre avenir n'est pas figé. Et demandez vous à quoi bon avoir un futur si vous ne profitez pas du présent ? Je reconnais qu'il faut cependant faire une partie du trajet en restant dans le moule de la société.

L'éducation nationale nous oblige à suivre un parcours que nous ne désirons pas forcément mais rien n'est perdu. L'école sert principalement à nous développer.
Nous apprenons à résoudre des problèmes mathématique qui ne nous servirons peut être jamais. Mais avant tout nous apprenons à nous confronter à des problématiques et ça, nous le ferons toute votre vie.

La philosophie est une ouverture d'esprit, si vous lisez mes articles sur le management et la communication vous comprendrez très vite que dans une situation donnée : il n'y a pas que du noir ou du blanc. Vous êtes confrontés aux deux, de manière distincte, mais aussi au mélange des deux (oui le « gris »...). Pour résoudre un conflit il faut savoir se placer des deux points de vues et visualiser les faits sans les perceptions.

Le français nous sert quand nous évoluons dans la hiérarchie ou si nous voulons un minimum de professionnalisme. Exemple : sur un forum, si nous faisons des fautes d’orthographe, il arrive que les personnes compétentes ne nous répondent pas. Et si nous n'avons pas une bonne élocution : peu de personnes sont susceptibles de nous écouter.

Dans mon cas, mon DUT Geii ne me servira pas pour l'électricité, mais ce que j'ai appris en programmation me sert au quotidien. Je développe mes propres outils informatiques pour m'aider dans mon travail et je peux concevoir des sites internet pour arrondir mes fins de mois au besoin.

Pour ceux qui ont des parents inquiets … si vous ne voulez pas les avoir sur dos, les apeurer ou encore les énerver, vous devriez songer à garder un bon équilibre de vie et vous pouvez le faire sans :

  • vous obliger à vous lever à six heure du matin
  • arrêter complètement la procrastination : jeux vidéo, netflix, etc ...
  • manger bio et équilibrer tous les jours
  • arrêter complètement l'alcool.

La plupart du temps ils veulent simplement vous voir réussir dans la vie donc si vous suivez les points suivant tout devrait bien se passer :

  • check
    rester autonome-financièrement
  • check
    ne pas s'endetter si le résultat est incertain
  • check
    ne pas tomber dans les extrêmes si vous vous laissez guider par vos désirs
  • check
    ne pas changer de comportement subitement
  • check
    ne pas s'isoler ou couper tout contact avec les autres terriens

Si le conflit ne passe toujours pas, vous pouvez aussi revoir votre communication. Je vous encourage à lire mes articles sur le sujet. Parfois nous nous sentons sur la défensive et nous réagissons à chaud en reprochant des choses qui n'ont plus rien à voir avec le conflit. Il faut savoir se recentrer et avec un peu d'entrainement vous pouvez vous aussi réussir à supprimer les non-dits.

En conclusion : il n'y a pas de mauvaises voies ou de mauvaises personnes. Mais il y a beaucoup de personne à la mauvaise place.

Laissez-vous voguer en veillant à ne pas vous mettre dans une situation délicate. La suite vous viendra naturellement. Ne perdez pas de vu que tout Homme avisé peut tirer profit d'une situation qui semble désespérée.

Pour aller plus loin : si vous avez lu cet article c'est peut être parce que vous vous cherchez encore. Et dans cette période de doute, l'estime de soi est souvent un fardeau. Si c'est votre cas : je vous invite à consulter mon article : « Incarner le changement que vous voulez voir ».

Dans tous les cas, je vous remercie d'avoir pris le temps de me lire et je vous souhaite de trouver votre voie.

About the Author

Leave a Comment:

Leave a Comment: