Le bien être au quotidien

Mai 31

"Le bonheur ne se trouve pas : il se construit". Pourtant, la colère, la frustration, la peur du regard des autres, et bien d'autres émotions négatives nous empêchent d'avancer au quotidien. Pendant des années j'ai luté pour m'en débarrasser ou vivre avec et j'ai finalement compris que j'étais le seul maître de ma situation.

Dans cet article, j'aimerais vous faire partager mon point de vue. Vous amenez à une prise de conscience afin que vous incarniez le changement que vous voulez voir en vous. Comprenez bien que la citation : "Si vous ne vous aidez pas, personne ne le fera." ne doit pas forcément être prise dans le sens ou nous sommes seuls contre le monde. Non... la vérité est tout autre à mes yeux. Si vous ne décidez pas de changer, même la personne la mieux intentionnée du monde à votre égard ne pourra vous hisser au sommet. Si le changement ne vient pas d'une volonté profonde : vous n'appliquerez pas les conseils, vous vous découragerez et il y a une forte probabilité que vous ne soyez pas investi. Je ne fais pas parti des "coach de vie" car je n'ai pas la prétention de savoir ce qui est bon pour vous. Mais en partageant mon point de vue, j'espère vous interpellez. Il est fort probable que certains points aborder ne vous correspondent pas. En ce cas : vous n'aurez qu'à passer au paragraphe suivant. Mais si un seul point vous interpelle et que vous trouvez que vous allez grandir en l’appliquant, alors pour moi c'est une réussite. 

L'introduction était longue mais commençons :

1. Apprendre à dire non

Un conseil tellement basique, que vous seriez en droit de vous demandez si vous ne perdez pas votre temps à me lire. Je vais quand même ajouter une autre citation du même genre : "Si vous voulez une vie facile : rendez-vous la vie facile." Ses deux conseils vous semble logique n'est-ce pas ? Et si nous allions dans le détail pour voir si vous les suivez ?

Combien de fois est-ce que vous vous êtes retrouvés dans un lieux, avec une personne que vous n'appréciez pas ou entrain de faire quelque chose que vous n'aimiez pas, et ce pour respecter les normes de la société ?

Votre "sacrifice" en vaut-il vraiment la peine ? Quand vous n'avez pas envie de faire plus que ce que vous êtes "obligés" apprenez à dire : "Non.".  Si vous ne le faites pas. Au moindre obstacle ou imprévu, vous allez être rongés par la colère. "Se rendre la vie facile" s'est : ne pas se mettre dans une situation que vous ne désirez pas, si vous n'y êtes pas obligés.

Un exemple en couple

Un exemple au travail

Vous devez retenir de ces conseils que la plus part du temps : si vous êtes en colère, ou frustrés c'est parce que vous avez fait quelque chose à contre cœur et pour vous en rendre compte : comparez une situation dans deux contextes différents.

Vous êtes en voiture et un automobiliste vous klaxonne.

Si vous êtes en vacances, vous en riez et vous vous dites : "Qu'est-ce que les gens peuvent être stressés ..."

Si vous êtes fatigués et que votre seule envie c'est de rentrer chez vous : "Mais qu'est-ce qu'il me veut ce ***** il voit pas que je peux pas avancer !!!" Et vous klaxonner à votre tour, sans parler de votre gestuelle qui devient très intuitive.

Bien entendu ce n'est pas toujours ainsi. Mais vous verrez de nombreuses situations similaires, notamment quand vous êtes dans une longue file d'attente dans un restaurant, dans un supermarché, etc, etc ... Comprenez bien que pour une même situation, le contexte va vous faire agir de deux manières bien distinctes. Et quand vous êtes en colère, votre patience est proche de zéro, c'est pourquoi je vous invite à ne pas faire ce que vous ne désirez pas. Sinon : tout problème sera prétexte à évacuer votre colère sur autrui. Un autre petit conseil qui pourrait paraître anodin et qui pourtant fait la différence : apprenez à savoir ce que vous voulez et surtout apprenez à savoir le dire. Parfois nous n'osons pas de peur de frustrer les gens... Vivez pour vous et servez vous d'une bonne communication pour vous sortir des mauvais pétrins (parfois :p), pour les personnes que vous rendez mécontentes et bien... c'est la vie... vous ne pouvez pas dire "amen" à tout pour satisfaire les autres à votre détriment.

2. Analyser ses colères

Notre société classe ce sentiment dans les "mauvais" états affectifs, et quand nous voyons nos réactions à chaud, nous pouvons comprendre pourquoi. Généralement, dans ce moment là, le patient n'a plus de patience, discerne mal les différents éléments d'une affaire et ne fait preuve d'aucun tact. C'est pourquoi il est recommandé de tourner " sept fois la langue dans sa bouche " avant de prononcer un mot.

Le véritable but de cet exercice est en réalité de vous faire prendre du recul avant de regretter vos mots. Il n'est pas rare de voir quelqu'un regretter ses paroles ou ses actions une fois redevenu calme. Mon conseil ce joint donc aux autres, quand vous êtes dans cet état, ne dites rien et ne faites rien, avoir d'avoir repris le contrôle de vous même.

Parlons des bienfaits que vous pouvez tirer de ce sentiment. Tout d'abord il va être important de comprendre que dans la majorité des cas, ce n'est pas l'incident même qui vous a fait perdre votre sang froid, mais plutôt un problème que vous n'avez pas réglé bien avant, que vous avez refoulé par fierté et qui aujourd'hui ressort subitement. Alors pour vous défendre, vous mettez la faute sur autrui car il est plus facile de procéder ainsi plutôt que d'accepter vos tords.

Il va donc être intéressant de voir ce sentiment comme une sonnette d'alarme - qui est tirée quand vous laissez un problème en suspens. Je vais vous donner un exemple concret par une situation vécu, et vous pourrez alors faire le travail de votre côté le moment venu. Si vous avez du mal à prendre du recul : vous pouvez faire appel à mes services et je me ferai un plaisir de vous aidez à obtenir les bons réflexes.

Quand j'ai commencé à prendre mes fonctions de manager en restauration rapide, il était difficile de gérer les absents (qui s'élevait à deux sur six), ma prise de poste sur des points que je ne maîtrisais pas entièrement et par dessus tout de gérer mes émotions dans ces moments là.

Pour faire simple : chaque tâche était chronométrée et nous devions ouvrir les grills du restaurants à onze heure. Mais comment rattraper le retard de deux personnes, soit huit heures de travail ? Tout en sachant que j'étais avec de nouveaux équipiers qui ne maîtrisaient pas non plus le système.

Ma première réaction en voyant les absents étaient de cracher mon venin sur la RH qui n'était pas capable de prévoir des équipes fiables. Ensuite durant mon tour de contrôle je voyais tout ce que le manager de la veille n'a pas fais ( les impératifs qui devaient être traité avant de partir ) : alors je maudissais l'équipe de gestion et dans ma tête je les traitais tous d'incapables. Et pour terminer quand un équipier avait besoin d'une heure pour une tâche que je faisais en vingt minutes je perdrais littéralement l'esprit et me demandait si je n'étais pas le seul à travailler correctement dans cet entreprise. Quand le directeur arrivait plus tard dans la matinée : je vidais mon sac - avant même qu'il n'est finit de poser ses affaires dans le bureau. Quel enseignement tirer de cette situation ? D'où vient réellement la colère ? 

Méthode des "cinq pourquoi"

Il faut reprendre point par point pour voir quels éléments sont liés et quelles mesures prendre. Toutes ces questions / réponses sont obtenues en fin de journée et par chance, là seule personne qui avait entendu mes médisances était mon directeur (qui étant une personne géniale ne m'a pas blâmer. Bien au contraire, il m'a soutenu durant toute la journée et m'a appris à prendre du recul et à gérer les problèmes.

J'ai d'abord parler de l'incompétence de la RH.

  1. Pourquoi est-ce qu'il avait deux absents ?
    -Le premier à une petite fille de moins d'un an qui est malade et personne pour la garder.
    => Je ne suis pas parent mais j'ai des notions sur la santé fragile d'un enfant et l'importance de ne pas laisser un enfant en bas age tout seul...

    -Le deuxième est sorti la veille, trop alcoolisé il ne s'est pas réveillé.
    => Manque de professionnalisme certains, mais à dix-huit ans il fait parti de la majorité qui ne paye pas de loyer et qui vient au travail pour de l'argent de poche. Perdre son travail ne lui fait donc ni chaud ni froid.
  2. Pourquoi est-ce que ces absences mon mis en colère ?
    => Parce que j'avais plus de travail.
  3. Pourquoi est-ce qu'avoir plus de travail m'énerve ?
    => Parce que je ne pouvais pas ouvrir le restaurant à l'heure.
  4. Pourquoi ne pas ouvrir le restaurant à l'heure m'affecte ?
    => Parce que je veux montrer à tous que je suis capable de faire mon travail.
  5. Pourquoi est-ce que je veux montrer à tous que je suis capable ?
    => Parce j'ai peur du regard des autres

Quand nous analysons le problème racine, la cause de l'énervement n'est pas forcément celle que nous aurions pu croire. Aujourd'hui quand je commence à perdre patience, je me demande toujours, si dans un autre contexte le problème me mettrait en colère ? Ici nous pouvons voir que la source du conflit était l'estime de soi. Il y a donc fort à parier que si avec ces absents j'avais pu ouvrir le restaurant à l'heure : je n'aurais pas été affecté.

Pour les plus curieux : les mesures prises par mon directeur ont été mon développement personnel ( pour que je prenne confiance ) et le suivi des absences et retards pour sanctionner ​le fêtard qui a recommencé.

J'ai ensuite parler de l'incompétence ​de mon collègue de la veille.

  1. Pourquoi est-ce qu'il n'a pas effectué ses tâches ?
    ​=> Un événement non prévu par nos services a eu lieu et à la fin du spectacle, nous étions le seul restaurant encore ouvert et les clients étaient bien plus nombreux que prévus
  2. Pourquoi est-ce que j'étais énervé de devoir faire son travail ?
    => Parce que j'allais avoir plus de travail à mon tour
  3. Pourquoi est-ce qu'avoir plus de travail m'énerve ?...
  4. ...
  5. ... => Parce j'ai peur du regard des autres

Les événements imprévus arrivent toujours quand il ne faut pas. Disons plutôt que ceux que nous retenons sont ceux que nous n'arrivons pas à gérer, car il y a toujours une part d'imprévu dans la vie, mais quand elle ne nous affecte pas : nous l'oublions.

Une fois encore : si j'avais eu le staff nécessaire le matin pour ouvrir dans les temps, j'aurai été bien plus indulgent envers mon collègue de travail.

Ici les mesures prises étaient donc le suivi des concerts avec la nouvelle salle qui venait d'ouvrir et un renforcement du personnel pour les prochains événements.

Pour terminer, je vous éviterais les cinq questions car vous avez sûrement compris le principe, mais pour les équipiers qui mettent trois fois le temps nécessaire à un manager. C'est simplement l'expérience qui fait la différence, et au lieu de juger la personne comme "lente", j'aurais dû vérifier qu'elle avait les compétences nécessaires, que le matériel n'était pas éparpillé à travers tous le restaurant etc... etc ...

Ce que je voulais vous faire comprendre par cet exemple c'est qu'une réaction à chaud m'aurait valu les foudres de mes camarades, qui est-ce que je suis pour les traiter d'incompétents ? Surtout que je n'ai pas fais mes preuves, rien ne dit que j'aurais fais mieux qu'eux... Et le nouveau personnel qui arrive veut généralement bien faire, mais si personne ne lui montre, il ne peut pas gagner en efficacité. Alors, si en plus : vous venez et lui dites qu'il est trop mou, qu'il n'est pas fait pour ce métier ou pire... Vous allez perdre une personne qui aurait pu faire la différence dans votre restaurant.

Le conseil disant de ne pas agir à chaud et sûrement le meilleur que vous entendrez. Une fois chez vous et revenu au calme, au lieu de dire "c'est passé" prenez le temps de vous posez les bonnes questions et de prendre les mesures adaptées. Rappelez-vous : "La première fois c'est une erreur, la deuxième fois c'est un choix".

Ici je vous parle du travail, mais c'est valable pour tous les événements de la vie, les embouteillages sur la route, l'agacement en famille etc ... Et la plus part du temps : tout revient sur l'estime de soi. Si vous êtes en accord avec vous même, vous accepterez la critique et chercher une solution à la plus part des obstacles.

Je pense qu'il est normal que des personnes ne soit pas d'accord avec vous car nous avons tous nos propres valeurs. Mais quand vous commencez à être sur la défensive c'est que vous êtes en contradiction avec votre conscience ou que vous voulez vous prouvez quelque chose. La meilleur chose à faire quand une remarque vous affecte, c'est de la prendre en considération et au lieu de ruminer : de changer la partie que vous n'aimez pas chez vous. Voilà - d'après moi - comment transformer un état affectif négatif en un développement personnel bien veillant.

Après un sujet aussi sérieux, je vous invite à un petit moment de détente. Ce sketch de Fary (à regarder à partir cinq minute pour rester dans le sujet de la colère) met le doigt sur la signification d'une personne qui se justifie ou s'énerve fasse à une autre personne : elle a elle même le doute ... De mon opinion si vous connaissez la vérité : la remarque doit vous passer au-dessus. Depuis quand faut-il se justifier au près de quelqu'un qui est insignifiant pour vous ?

3. L'estime de soi

L'un des points les plus importants - pour ne pas dire l'unique - pour être bien dans sa peau. Si vous avez peur du regard des autres, si les critiques vous affectent directement et si vous êtes mal à l'aise avec les compliments, la suite est faites pour vous.

Nous faisons face au jugement tous les jours et ce depuis tout petit... À l'école nous recevions des feux verts, oranges ou rouges de mémoire, ensuite il y a eu les lettres , TB, A+, A etc ... et enfin les chiffres : 10/20 etc... Si vous n'aviez pas la moyenne : vous n'étiez pas qualifiés pour passer à la classe suivante. Et les autres élèves, surtout au collège sont cruels entre eux. "T'es nul !", "T'es un moins que rien ! " etc... etc... Et si vous aviez le malheur de réussir : "Sale intelo !", "Fayot !". Autrement dit, il y avait toujours au moins une personne pour vous critiquer. Dans le monde du travail, ce n'est pas souvent mieux : "t'es mou", "tu lèche les bottes du patron" etc...

Ce système de jugement négatif ne s'applique pas dans tous les pays. Comme le dis Gad Elmaleh dans l'un de ses sketchs. Aux États-Unis quand vous réussissez les gens vous félicitent en France ils font preuve de jalousie .. Tout comme nombre d'entre-vous, j'ai longtemps été sujet au regard des autres. Et puis un jour j'ai réalisé que je vivais pour moi et non pour eux.

Facile à dire mais pas à faire ? Pas si sûre... Il est important que vous compreniez que la seule personne à qui vous devez montrer de l'importance c'est celle dans le miroir. Quand une personne vous fait une remarque qui vous vexe, transformer l'énergie négative qui a été générée en un point positif. Demandez vous ce qui vous affecte négativement, demandez vous pourquoi ? Et changez en vous ce qui vous déplaît. Au début il est difficile d'arriver à raisonner ainsi. Comme chaque nouvelle habitude à prendre il faut un temps d'adaptation mais ensuite c'est un automatisme. Mes deux conseils : "Si vous voulez vraiment changer alors commencer par changez vos habitudes" et "Un nouveau défaut = un nouveau changement".

Exemple de surpoids

Exemple de fiabilité

Exemple vestimentaire

Le point à retenir c'est que chaque acte à ses conséquences. Mais chaque personne à son propre jugement, pour être bien dans sa peau vous devez vivre en harmonie avec vos choix. Quand vous faites ou dites quelque chose soyez convaincus que c'est la meilleure chose à faire. Sinon vous le regretterez.

Que faire en cas de changement d'avis ? Je pense que nous prenons toujours la bonne décision pour nous même à l'instant "T". Mais quand les heures et les jours passent : nous assimilons de nouvelles connaissances. D'autres événements se déroulent etc... Et parfois nous revenons sur nos décisions. Libre à nous de changer de direction avec ces nouvelles données. Sans devenir une véritable girouette : restez en accord avec vous même. Pensez cependant à communiquez sur vos sentiments et vos désirs car les autres ne peuvent pas les deviner, même si vous auriez cette envie. Si vous avez du mal à vous exprimer, je peux le comprendre, j'ai du travailler sur ce point moi aussi, et pendant de longues années. Aujourd'hui je peux vous donner quelques astuces. Pensez à me contacter si vous n'arrivez pas à appliquer les conseils donner dans mon article.

Travailler sa présentation

Bien que la présentation physique soit importante ( à mes yeux ) : vous devez être confortable ( à l'aise psychologiquement ) dans vos habits. Ici je parle de votre présentation orale, la prosodie est bien évidemment à perfectionner mais sans aller jusque là : apprenez à vous vendre.

Vous ne serez pas forcément dans les meilleurs conditions le jour ou vous allez devoir vous présentez à de nouvelles personnes. En soirée, dans la rue, au travail etc... Ne partez pas sur un grand discours mais quelque chose de simple et concis vous permettra de passer cette présentation avec "succès" et si vous êtes fière de cette petite victoire inattendue, c'est toujours un bon point à prendre. Mais c'est surtout que - dans le cas contraire - si vous vous mettez à bégayer ou hésiter, vous risquez de vous maudire et de vouloir revenir dans le passé pour éviter cette "honte".

Je tiens à vous rappelez aussi que vous devez relativiser ce genre de moment, vous n'avez pas mis votre vie en jeu, vous n'allez pas perdre votre emploi ou votre appartement parce que vous vous êtes mal présentés. Et vous ne savez pas ce que votre interlocuteur à vraiment pensez de ce moment. "Si vous voulez avoir une vie facile : rendez-vous la vie facile". Eviter de penser pour les autres et de dramatiser quand ce n'est pas nécessaire. Il est possible que la personne en face n'ait même pas remarquée votre malaise car lui/elle était aussi en position de stress.
Vous en rigolerez avec le temps. Pour le moment prenez juste cet incident sur vous et travaillez un minimum votre présentation pour la prochaine fois :).

Pour ceux qui sont pris d'une illumination soudaine et se demande s'ils sont prêt à passer un entretien d'embauche, je vous conseille de vous renseigner sur Yves Gautier . Je trouve son travail remarquable. 

Les compliments

Ils ne nous mettent pas toujours à l'aise, et pourtant ils devraient flatter notre égo. Alors pourquoi avons-nous du mal à les accepter ? Et bien encore une fois, je pense que c'est dû à l'estime de soi. Nous pensons que nous ne les méritons pas.

C'est ici que je dois faire une piqûre de rappels avec ce que je disais plus haut. Pour chaque fait, chacun peut avoir son propre jugement. Quand quelqu'un vous dis : " tu es élégant(e)". Au lieu de répondre : "Non c'est juste un smoking classique" ou "C'est juste une robe, rien de bien extraordinaire". Entraînez-vous à répondre : "Merci." et ne vous sentez pas obligés de lancer un compliment en retour. S'il n'est pas pensé mieux vaut éviter, car en général, quand nous nous forçons, l'interlocuteur en face de nous le ressent... Pour en rajouter une couche : je trouve les "combats de politesse" ennuyeux à mourir. Chacun se lance une fleur jusqu'à avoir vidé le camion, alors qu'au départ, c'était juste une façon pour la personne d'exprimer sa satisfaction envers vous. Et pourquoi le contredire ? Qui êtes-vous pour pensez pour lui ? En lui répondant "non je ne suis pas élégante", vous pouvez le(/la) contrarier car vous remettez en question sa parole et vous risquer de transformer une "action positive" (à mes yeux) en un mal à l'aise inutile ...

Être un spécialiste

Ce passage va avec celui sur l'auto-formation un peu plus bas. Vous aurez une bonne estime de vous quand vous serez à l'aise dans au moins un domaine. Il est toujours plaisant de pouvoir parler d'un sujet avec passion, car nous en connaissons les moindres détails. Cette compétence ne vient pas du jour au lendemain et vous pouvez difficilement la forcer. Mais regardez votre emplois du temps et demandez-vous ce que vous faites avec enthousiasme. Généralement dans cette situation, nous avons toujours envie d'en savoir plus, nous sommes curieux, nous passons des heures sur le sujet sans voir le temps passer. C'est typiquement dans ce genre d'activité que vous allez devenir un spécialiste, et le jour vous tomberez avec d'autres personnes passionnées en débattant vos points de vus ou en pouvant démontrer vos compétences vous gagnerez en confiance en vous et en estime de vous.

Peut être même que vous êtes déjà très bon dans un domaine, mais le pratiquant au quotidien vous n'aviez jamais remarqué. Ne vous sous estimez plus, acceptez les compliments que l'on vous fais, accepter d'être bon dans ce que vous faites. Et si rien ne vous viens à l'esprit. N'ayez peur ça viendra et vous le saurez quand vous commencerez à donner des conseils aux autres. C'est gratifiant et il ne faut pas se refuser se plaisir. Ne devenez pas non plus hautain mais par pitiez : facilitez vous la vie et arrêtez de vous casser du sucre dessus quand quelqu'un vous félicite.

Enter your text here...

About the Author

Leave a Comment:

Leave a Comment: